Entrainement - Partie 2 - Interview de Stephen Barrett - Equipe cycliste AG2R La Mondiale

Entrainement – Partie 2 – Interview de Stephen Barrett

Quels sont les objectifs pendant cette période ?

Nous nous concentrons donc sur deux points :

• Minimiser la perte de la condition physique. Les coureurs ont travaillé très dur en pré-saison sur les premiers mois de compétition. Ils sont nombreux à être déjà en bonne forme. La perte est tout à fait normale mais nous essayons de la minimiser.
• Le deuxième point est assez unique car nous avons beaucoup plus de temps avec chaque coureur. Il est très rare pour un coureur professionnel d’avoir une période aussi longue sans interruptions. Il n’y a plus de déplacements, de stages, de compétitions. Nous pouvons donc nous concentrer sur une progression individualisée pour chaque coureur.

Comment sont organisés les plans d’entrainement ?

Plutôt que de se concentrer sur un plan d’entrainement classique, nous analysons avec chaque coureur un ou plusieurs aspects qu’ils souhaiteraient améliorer. C’est une façon agréable de motiver quelqu’un. Car oui le principal problème est bien la motivation. Proposer des programmes individuels permet de donner du sens à chacun et de les motiver. Certains souhaitent travailler davantage sur la force, d’autres sur l’efficacité du coup de pédale par exemple.

L’entrainement en intérieur a aussi des avantages en faisant une session de home trainer d’1h, 1h30. Vous pédalez constamment alors qu’en temps normal il y a de nombreuses interruptions : feux, intersections, phases de roue libre. C’est donc un moyen efficace de travailler.

Certains coureurs font 2 sessions de home trainers par jour. La première se fait le matin avant le petit-déjeuner. L’idée est d’améliorer l’efficacité métabolique en s’entrainant à faible intensité dans la Zone 2. Cela permet au corps d’utiliser la graisse comme carburant et ainsi devenir plus efficaceLa 2ème séance se fait le même jour dans l’après-midi à une intensité plus élevée. Cela permet de comparer l’adaptation du corps à ces deux situations.

Comment travaillent-ils le renforcement musculaire ?

Le dernier aspect que nous travaillons concerne la musculation ou renforcement musculaire. C’est un domaine qui me passionne. La problématique est de trouver les meilleurs exercices dans le but de s’améliorer sur le vélo. En tant qu’entraineur, nous distinguons la préparation en deux temps : le bas du corps et le haut du corps.

Le travail sur le bas du corps est axé sur la production de force. Ce dont on a besoin sur un vélo. Au contraire, le travail sur le haut du corps se concentre sur la résistance à différentes forces en limitant les excès de rotation, les excès de flexion et d’extension.

C’est ce qui se passe lorsque vous roulez pendant 5 ou 6 heures. Votre dos se fatigue, vous utilisez plus vos épaules et donc vous diminuez votre efficacité sur la selle. Nos entrainements se concentrent sur des exercices de musculation isométriques du haut du corps pour limiter les rotations. Nous faisons donc des planches, des exercices de résistances de forces externes.

Pourquoi le renforcement musculaire est-il important ?

Ces exercices sont bien adaptés au cyclisme. Par exemple, les meilleurs coureurs de Paris-Roubaix sont souvent les plus forts et les plus stables sur le haut du corps. Vous pouvez produire plus de force et plus longtemps. Sur ce type de course, ce ne sont pas que les jambes qui fatiguent mais aussi le haut du corps. Ce qui rend moins efficace le transfère d’énergie du corps vers le vélo.

Comment communiquez-vous entre vous pour assurer le suivi des coureurs ?

Il y a quelques années nous n’avions que les appels ou les SMS. Aujourd’hui nous avons Whatsapp, des appels vidéos, des conférences vidéos.

Les appels vidéos sont pour moi le meilleur moyen de communiquer avec un coureur car vous voyez la personne, son langage corporel. C’est plus facile de le cerner et de savoir comment il se sent.

Vous pouvez à 20 coureurs en même temps. J’ai préparé plusieurs vidéos que les coureurs peuvent regarder et refaire à domicile. Les éléments visuels sont toujours plus facile à comprendre. Vous pouvez avoir le meilleur plan d’entrainement, si vous ne l’expliquez pas bien, cela ne sert à rien.